[INTERVIEW] Pascale Clark : « Un autre son est possible »

Avec BoxSons, Pascale Clark, ancienne grande voix de France Inter, se reconvertit dans le podcast. Et elle souhaite changer nos habitudes. 

Pascale Clark n’oublie pas que la radio, c’est le son avant tout. Photo : Lucie Martin

 

Quelle est l’originalité de votre projet ?

Boxsons est un média sonore indépendant. Média, parce que c’est l’actualité qui est notre matière première, même si on se paye le luxe de choisir ce qui nous intéresse et d’y passer du temps. Sonore, parce c’est le son qui nous guide, nous croyons à la force du son et au pouvoir des vocations qu’il entraîne. Indépendant, ce n’est pas juste une coquetterie ou un mot : nous avons choisi de sortir sans publicité et sans l’argent de ces cinq ou six grands financiers qui détiennent tous les médias français. Tout le monde regarde ailleurs, mais c’est extrêmement préoccupant. La sanction peut être sournoise et peut parfois prendre la forme de l’autocensure. Tant qu’à créer un média aujourd’hui, autant échapper à cette mainmise. C’est plus compliqué car nous dépendons uniquement des abonnés, nous avons fait le pari d’un modèle payant. Nous essayons de créer une communauté qui pense comme nous qu’un autre son est possible, un son qui n’a plus de contrainte, un son qui est travaillé par des professionnels du son.

 

Le son peut-il rivaliser avec l’image ?

L’image est partout et dès le début nous ne voulions pas de vidéo sur BoxSons. Parce qu’elle n’apporterait rien, parce que c’est un autre métier et parce que nous sommes déjà sous une avalanche d’images. Il n’y a plus beaucoup de son à la radio. Le son est pourtant tellement incroyable, c’est le pouvoir de l’imagination.

 

Quelles sont les différences entre le podcast et la radio traditionnelle ? 

Nous passons du temps pour réaliser nos sujets, on passe du temps avec les gens qu’on interviewe. Ensuite, les gens écoutent quand ils veulent, dans la jungle urbaine, dans le métro puisqu’on peut télécharger avant, en voiture, dans son tracteur pour les agriculteurs qui labourent, sur son ordinateur en cuisinant, sur son tapis dans la salle de gym. Nous avons même crée des podcasts pour aider les insomniaques à dormir. C’est pour toutes les situations de la vie… On peut écouter du son de manière légère sans que cela soit nécessairement de la musique. On cherche à accompagner la mobilité et le quotidien. Notre vocation, c’est de multiplier les formes et les formats. Il y aura du très long parce qu’on n’en trouve plus ailleurs, mais il y aura aussi du très court. Certaines personnes choisiront justement selon la durée du podcast.

Propos recueillis par Colin Mourlevat

 

 

 

 

[INTERVIEW] Sandy Montañola, responsable du DUT de Lannion : « Comprendre les évolutions techniques pour garder la main »

Sandy Montañola est responsable du DUT journalisme de Lannion. Selon elle, il faut que les étudiants apprennent à collaborer avec les techniciens pour ne pas se laisser dépasser par la technologie.

Dans un contexte où le métier de journaliste est en constante évolution, comment former les étudiants tout en sachant que les outils actuels risquent de devenir obsolètes ?
On essaye d’expliquer aux étudiants que leur métier évolue constamment. On leur apprend à être en veille sur les nouveaux outils qui apparaissent, utilisés par des médias, et à réfléchir également sur une approche critique. Tout ça pour dire que le journalisme ne dépend pas que de la technique et qu’il y a quand même des fondamentaux à apprendre, peu importe les évolutions technologiques.

Votre but est de rendre les étudiants autonomes. Comment cela se manifeste-t-il dans vos programmes ?
On a eu une adaptation progressive de nos programmes. Par exemple, on avait des cours de recherche d’outil et d’information et ont les a adaptés au web, comme le travail de veille. On leur apprend aussi à dialoguer avec des professions techniques comme des développeurs, graphistes. C’est une des façons de s’adapter aux évolutions.

Avec la multiplication des nouveautés, comment différencier l’indispensable du gadget ?
C’est relatif, à toutes les époques on dit qu’il y a une révolution. On a eu ces mêmes discours avec l’arrivée de la TV ou d’internet. Au niveau des outils, oui il y a pleins d’outils sur internet. Donc on essaye de leur apprendre, dans une perspective critique, à aller chercher les outils qui sont adaptés pour l’évolution de leur métier à eux, ou du genre journalistique concerné. Pour nous, l’essentiel c’est que les journalistes gardent la main. Dans un contexte où de nouvelles professions apparaissent (développeur, graphiste), il faut que les étudiants arrivent à collaborer avec eux pour comprendre les technologies et ne pas en être victime. Et idéalement qu’ils puissent adapter l’outil à leurs besoins. Notre école propose une formation de deux ans et ce serait une illusion de se dire qu’on va apprendre aux journalistes à être développeur. Mais ils doivent avoir des notions pour répondre aux attentes de leur futurs employeurs.

Est-ce vous que anticipez, ou vous vous adaptez aux médias ?
Je pense que les écoles ont une grande marche de manœuvre car il n’y a pas la pression du modèle économique. Quand on a commencé à faire du web documentaire, ce n’était pas encore très développé dans les médias. Car à l’époque, ils se posaient la question du modèle économique. Le web documentaire fait partie des choses qu’on a pu anticiper car justement c’est le lieu pour. Certains membres de l’équipe pédagogique sont allés à des rencontres sur le journalisme avec l’iPhone. Le but n’est pas d’arrêter de filmer avec les caméras mais d’essayer de s’adapter et de voir les contraintes de ce nouveau format. Autant les professeurs que les étudiants font des recherches sur les nouveaux outils.

Comment devrait évoluer le journalisme dans dix ans ?
Pour moi, l’enjeu est de continuer à former des étudiants qui réussissent à avoir suffisamment de culture médiatique discursives pour garder cette identité de journaliste. Quant à la technique, si elle aide l’éditorial, c’est intéressant. Finalement, l’enjeu est de réussir à collaborer avec plusieurs professions qui élaborent les outils de demain pour qu’ils nous soient utiles, tout en gardant une liberté éditoriale.

Propos recueillis par Lénaïg Le Vaillant et Salomé Mesdesirs

[INTERVIEW] Nicole Gauthier, directrice du CUEJ : les étudiants doivent « développer leur faculté d’adaptation »

Nicole Gauthier est directrice du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (CUEJ) à Strasbourg. Pour elle, le rôle des écoles, aujourd’hui comme dans dix ans, est de former des journalistes autonomes et attentifs aux innovations.

Dans un contexte où le métier de journaliste est en constante évolution, comment former les étudiants tout en sachant que les outils technologiques actuels risquent de devenir obsolètes rapidement ?

Nous leur apprenons à se servir des outils mainstream du moment. Mais surtout nous les sensibilisons à la veille permanente et continue, et au fait qu’un outil d’aujourd’hui ne sera pas celui de demain. Ce sont les seuls à pouvoir se construire une attention à ces mutations ; une attention qu’ils devront poursuivre après leur formation. Car ils le savent : on ne peut pas apprendre quelque chose à l’école et le faire fructifier pendant des années. Ça ce n’est plus possible, aujourd’hui. Bien sûr, il y a toujours des fondamentaux qui constituent le socle de l’information, mais tout le monde doit développer une faculté d’adaptation à ces mutations : les écoles, les médias, les journalistes y compris les étudiants.

L’enjeu des écoles est donc de pousser les étudiants à être autonomes dans la recherche de nouveaux outils ?

Oui. Un exemple : les logiciels de data. Souvent nos étudiants nous demandent pourquoi nous ne leur donnons pas un catalogue de ces logiciels. Je trouve que ça ne sert à rien. Dans trois ou six mois, l’outil qu’on leur aura présenté aura soit disparu, soit été vendu, soit sera devenu payant… Nous pouvons leur indiquer des pistes, mais il y a une partie de la recherche que nous ne pouvons pas faire à la place des étudiants, et heureusement. Car ça fait partie de la construction de l’univers professionnel que chacun doit être en mesure de faire.

Avec la multiplication des nouveautés, comment différencier l’indispensable du gadget ?

Aujourd’hui, il y a un certain nombre d’études sur les pratiques de l’information, sur l’ordinateur, la tablette ou encore le smartphone. On peut en observer l’évolution sur plusieurs années, que cela soit du point de vue du consommateur ou des entreprises. D’ailleurs, quand nous échangeons avec les entreprises, nous voyons comment elles utilisent le smartphone non pas comme outil commercial ou de consommation, mais comme outil journalistique : pour poster des vidéos sur le site, créer des alertes… On a des repères en termes d’usage professionnel. Mais selon moi, ce n’est pas si grave qu’on utilise un outil destiné à disparaître dans trois mois. L’important c’est pourquoi on a choisi cet outil en particulier. En quoi est-ce pertinent de l’utiliser à un certain moment ou un autre ? Que permet-il de faire, quel type de phase d’apprentissage permet-il de combler ? Et finalement, est-ce qu’il a rendu de bon et loyaux services ?

Vous êtes plutôt dans l’anticipation ou vous vous en tenez aux outils déjà instaurés ?

Les deux. Par exemple, on utilise In design parce qu’il est installé dans la profession, et accessoirement qu’il a fait ses preuves. Mais on travaille aussi sur la construction de médias interactifs avec des étudiants de l’IUT d’Haguenau, formés aux métiers du multimédia et de l’internet. On coproduit avec eux, et on invente des choses qui n’existent pas. Rien de révolutionnaire, mais c’est l’occasion de réfléchir en même temps au fond et à la forme du journalisme en associant nos étudiants à des graphistes ou à des développeurs. Donc il y a deux types de réponses. Et je défends les deux : qu’on puisse utiliser les logiciels professionnels qui sont encore très répandus au sein des médias et qu’on puisse par ailleurs, pour d’autres productions et une autre offre éditoriale, être dans une démarche d’innovation et de faire des choses à nous, si je puis dire.

Le journalisme dans dix ans s’appuie plutôt sur le fond ou la forme ?

Les formes de narration ou le fond, elles évoluent et se multiplient. Après dans dix ans, je n’en sais rien. On a déjà du mal à savoir pour l’année prochaine… Il y a à la fois des choses extrêmement pérennes comme l’investigation et il y a des choses qui évoluent beaucoup. Il y a des nouveaux outils, des nouveaux modes de consommation de lecture, des nouveaux formats, la rapidité de la circulation de l’information… Mais on est aussi sur un mélange, avec des éléments durables et d’autres en pleine mutation et qui sont pour certains assez fantastiques.

Propos recueillis par Lénaïg Le Vaillant et Salomé Mesdesirs

[INTERVIEW] Marc
Capelle : « Ne pas trop fantasmer sur la possibilité d’anticiper »

Marc Capelle est l’ancien directeur de l’Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille. Il dirige actuellement l’ESJ PRO médias qui propose des formations continues. Selon lui, les écoles peuvent anticiper les outils de demain. Mais elles doivent surtout se concentrer sur la réalité professionnelle d’aujourd’hui.

Depuis septembre 2015, Marc Capelle dirige l’ESJ PRO médias. Photo : Marc Capelle

Dans un contexte où le métier de journaliste est en constante évolution, comment former les jeunes journalistes tout en sachant que les outils actuels risquent de devenir obsolètes ?
L’ESJ pro est là pour accompagner les rédactions dans leur bascule vers le numérique. Nous ne sommes pas là pour inventer les outils de demain. Si nous organisons des formations pour apprendre à faire un live sur Facebook, c’est parce que c’est un besoin actuel. Les médias doivent développer leur présence sur les réseaux sociaux, et particulièrement la couverture de sujet en live sur Facebook. Il faut apprendre à le faire correctement du point de vue technique mais aussi éditorial. Si dans cinq ans Facebook n’existe plus, il sera remplacé par autre chose. En formation initiale, on peut se dire que notre rôle est de suggérer de nouvelles pratiques, de faire évoluer les médias. C’est moins notre problématique en formation continue. Nous devons d’abord coller à la réalité des besoins de la profession aujourd’hui plutôt que de rêver ce qui va exister dans dix ans.

Avec la multiplication des nouveautés technologiques, comment faire le tri entre l’indispensable et le gadget ?
En formation continue, nous sommes là pour répondre aux demandes et aux besoins de nos clients. En général, ils savent ce qu’ils veulent, donc nous n’avons pas besoin de faire le tri. Cependant, il nous arrive d’envoyer des équipes dans des congrès nationaux ou internationaux pour anticiper sur ce que nous pourrions avoir à faire. Mais nous ne sommes pas non plus un centre de recherches.

Donc vous anticipez ?
Oui, nous avons une petite marge de manoeuvre. Mais il faut être réaliste, dans les écoles de journalisme, et dans les organismes de formation en continue, nous sommes là pour tenir compte de la réalité professionnelle d’aujourd’hui. On ne peut pas se dire dans dix ans ça sera comme ça, donc aujourd’hui on fait comme ça. C’est bien gentil, mais derrière il y a des jeunes diplômés qui doivent trouver un travail, non pas dans dix ans, mais maintenant. Il ne faut pas trop fantasmer sur la possibilité d’anticiper. Je ne dis pas qu’il ne faut pas anticiper mais ça ne doit pas être l’essentiel de l’activité d’une école.

Faut-il former un étudiant à s’adapter aux prochaines évolutions plutôt que de le former à un média en particulier ?
Certes, il y a des spécialisations de fin de cursus, mais les apprentis sont avant tout formés pour s’adapter aux demandes variées. C’est l’esprit global de la formation et aussi l’attente des employeurs. Il ne faut pas faire des outils une obsession. Ce qui est important, à fortiori dans un environnement de plus en plus bouffé par la technique, c’est de se former à être et à rester positionné comme journaliste et non pas comme technicien de l’information. Les outils, on finit toujours par les maitriser et s’y adapter. Aller chercher des informations, lever le nez de son écran, comprendre que c’est sur le terrain que ça se passe… Ça c’est essentiel.

Propos recueillis par Lénaïg Le Vaillant et Salomé Mesdesirs