[LE RÉSUMÉ] « Les beaux jours de la télévision »

Retrouvez l’essentiel de la conférence « Les beaux jours de la télévision ».

Bolloré a fait parler de lui pendant la conférence. Photo : Lucie Martin

 

Animé par Albéric de Gouville, rédacteur en chef de France 24, avec Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, journalistes à Les Jours et auteurs de Comment Vincent Bolloré a mangé Canal+ aux éditions du Seuil et Bruno Patino, directeur éditorial d’Arte et auteur de Télévisions aux éditions Grasset.

 

LES ENJEUX

L’image et la vidéo sont plus de plus présentes sur les réseaux sociaux mais la télévision, elle, est toujours là. Alors que la mutation numérique qu’elle a entamée s’annonce floue, certaines chaînes sont en pleine reconstruction.

 

CE QU’ILS ONT DIT

Bruno Patino : « L’histoire du livre est assez simple : j’ai toujours écrit sur l’évolution du média dans lequel je travaillais. La télé a été faite par des êtres humains et elle en train d’être prise par des systèmes. Je suis convaincu que le moment de disruption de la télévision ces dernières années, c’est Facebook Live et Periscope. Les chaînes se réfugiaient derrière le direct. Mais on s’est rendu compte qu’un réseau social pouvait faire du live. La télévision n’est pas en train de disparaître mais les chaînes vont être une des nombreuses propositions éditoriales en terme de vidéo. »

Raphaël Garrigos : « Vincent Bolloré a revendu Direct 8 à Canal contre de l’argent et des actions Vivendi et il a réussi à prendre la présidence de Vivendi. Un des premiers gestes de Canal + après avoir repris Direct 8, c’est d’avoir viré Jean-Marc Morandini. Quand Vincent Bolloré reprend le groupe, il met Jean-Marc Morandini sur Itélé. Si cette violence avait rapporté de l’argent à l’actionnaire… Mais ça ne marche pas. Vincent Bolloré fait de la télévision comme avec ses conteneurs en Afrique. »

Isabelle Roberts : « Ce qui est très violent dans l’histoire des licenciements des cadres de Canal +, c’est que Vincent Bolloré n’a même pas prononcé leur nom. Il a réussi à faire partir la rédaction d’Itélé sans plan social, ce qui n’est pas légal. Il a un aspect paternaliste envers les anciens de Direct 8, il leur dit bonjour. Certains l’appellent Papa Bolloré. »

 

À RETENIR

Les beaux jours de la télévision : un nom pas forcément approprié pour cette conférence au cours de laquelle ont été abordées le moment compliqué que vit Canal+ et la mutation en cours de la télévision.

Marcellin Robine

[EN PLATEAU] Olivier Ravanello, co-fondateur d’Explicite

Olivier Ravanello était spécialiste des questions internationales sur Itélé. Le 22 octobre 2016, il décide de démissionner. Il est désormais président du collectif les Journalistes associés qui réunit plus de la moitié des 97 journalistes qui ont quitté la chaîne d’info depuis novembre. Ensemble, ils ont formé Explicite, un projet inédit dans sa forme : les contenus sont intégralement diffusés sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, il ne manque que les financements pour que le modèle économique soit viable. 

[EN PLATEAU] Quatre chaînes d’info, est-ce trop ? Les patrons des rédactions sur le plateau de l’EPJT

C’est la première fois qu’ils étaient tous sur un même plateau TV. Hervé Béroud, directeur de la rédaction de BFM TV, Nicolas Charbonneau, directeur adjoint de l’information de TF1/LCI, Germain Dagognet, directeur délégué de l’information, chargé du projet de chaîne d’information France Télévisions, et Guillaume Zeller, directeur de la rédaction d’iTÉLÉ. Ils ont pu échanger autour de leur vision de l’information en continu.

(suite…)