À 29 ans, Julie Lardon, diplômée du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (CUEJ) à Strasbourg, est depuis trois ans l’heureuse maman d’Albert, journal bi-mensuel adressé aux 8 -13 ans. Présente aux Assises du journalisme l’an passé dans le cadre d’une conférence autour de la presse jeunesse, elle revient aujourd’hui sur les différences qu’il existe dans ce média spécialisé.

Albert, un journal de caractère. (Photo : Julie Lardon)

Qu’est-ce qui vous a donné envie de créer Albert ?

Julie Lardon : Albert est né d’une rencontre avec Valentin Mathé, directeur de la maison d’édition La poule qui pond. On souhaitait faire quelque chose ensemble, même si lui est dans l’illustration et que je suis journaliste. Au début ce n’était pas un projet professionnel, nous voulions voir le travail que cela nous demandait, le temps que ça nous prenait… On a finalement mis neuf mois avant de sortir notre premier numéro qui a été publié le 15 septembre 2016. Le but était vraiment de rester dans le journalisme tout en mêlant l’univers de l’album jeunesse, avec de l’illustration, pour rentrer dans l’actualité par ce biais ci. C’est ainsi que nous avons imaginé ce concept d’une une totalement dessinée qui reprend tous les articles du journal. 

En quoi Albert est-il différent des autres médias jeunesse ?

J. L. Il l’est tout d’abord par sa forme, car sa périodicité est assez rare. Nous sommes bi-mensuel alors que les autres médias sont surtout des hebdomadaires ou des quotidiens. Notre format est aussi différent : nous avons quatre grandes pages au format A3, arrangées de façon que le journal soit pliable et facile à lire pour des enfants qui ont des petites mains. Mais le but était quand même que l’illustration prenne une grande place : nous voulions qu’elle puisse se transformer en poster, ce que nous sommes seuls à faire. 

 

« Le public est confronté depuis le plus jeune âge à cette défiance envers les médias. »

Les sujets de la presse jeunesse sont-ils tous les mêmes ?

J. L. Il y a des différences, comme pour tout média, jeunesse ou pas. Nous avons une ligne éditoriale et nous devons nous y tenir. La nôtre est que les articles doivent parler d’actualité chaude : on va traiter de la politique, de l’économie, des relations internationales, sous une forme adaptée aux enfants. Le choix des sujets se fait avec un comité d’enseignants et de professionnels, en fonction de ce qui est, selon nous, bon pour les enfants de savoir et de comprendre pour appréhender le monde. On souhaite vraiment rester dans le décryptage de base de l’actualité pour des enfants âgés de 8 à 13 ans.

Qu’est-ce que c’est qu’être journaliste pour la presse jeunesse ? 

J. L. C’est être journaliste tout simplement. Chez Albert, le seul regret que l’on peut avoir est que je sois toute seule à la rédaction. Je n’ai donc pas le temps de faire du terrain. Mais espérons qu’un jour, nous arriverons à étoffer l’équipe et à enrichir notre média avec des interviews et des reportages. Toutefois, la synthèse d’actualités que nous faisons reste journalistique : il faut compiler les données, croiser les sources, vérifier les informations et les restituer. C’est le volet le plus difficile, propre à la presse jeunesse. Il faut toujours partir des bases et non pas du principe que les enfants savent de quoi on parle. 

Les critiques faites envers les médias traditionnels vous touchent-elles bien que votre public soit différent ?

J. L. Cela nous touche forcément car de toute façon le public est confronté depuis le plus jeune âge à cette défiance envers les médias. Nous faisons beaucoup d’interventions auprès des enfants, et quelle que soit leur origine sociale, on trouve toujours quelqu’un pour nous dire que les médias mentent. Cela nous touche d’autant plus que l’on a affaire à un public très jeune qui n’est pas censé avoir des idées préconçues. Ils devraient au contraire être en train de se forger un esprit critique. C’est pour cela que nous faisons beaucoup d’éducation aux médias. C’est vraiment nécessaire. Nous journalistes, avons besoin d’aller expliquer notre métier, montrer comment nous travaillons, quels sujets nous traitons, et qui financent les médias. Mais cette éducation passe aussi par l’apprentissage de la reconnaissance des « fake news ». Il faut leur apprendre à éveiller cette curiosité naturelle, pour qu’ils aillent gratter. 

Propos recueillis par Élise GILLES